Chanter en langue minorée : trouver sa voix, incarner sa parole , entre les paysages soumis d’une terre natale et les horizons ouverts du monde…

Pourquoi chanter en langue minorée aujourd’hui ? Évidemment, pas pour passer à la radio. On peut avancer des motivations plus profondes ;
– Savoir qui on est pour accueillir l’autre. Accueillir l’altérité demande d’avoir une identité…
– Revivre dans sa chair les émotions et sensations des générations précédentes, Autrement dit retrouver le rapport entre la langue et le corps.
– Accéder à une dimension poétique, symbolique, lexicologique.
Ce qui fait du chant en langue minorée un acte poétique, politique et poïétique. Qui crée du nouveau.
Lire la suite Chanter en langue minorée : trouver sa voix, incarner sa parole , entre les paysages soumis d’une terre natale et les horizons ouverts du monde…

Le Savoir à l’épreuve du Sensible: contre le tout-distanciel.

Être au monde c’est faire chaque jour la rencontre du sensible, l’expérience du sensible. N’en déplaise aux adeptes du culte du nombre (et du gouvernement par le nombre au sens où le définit Alain Supiot), l’expérience humaine ne se met pas en équation, et résiste (à ce jour) à toute numérisation et codage. Et l’humain… Lire la suite Le Savoir à l’épreuve du Sensible: contre le tout-distanciel.

Le chant n’est pas un concours d’apnée! Plaidoyer pour une respiration libre…

Je le constate très fréquemment dans ma pratique de luthier des voix: les chanteuses et chanteurs semblent très souvent lancé·es dans un concours de celui ou celle qui respirera le moins souvent! Reprendre de l’air semble être, selon le cas, une défaite face à un défi lancé par … on ne sait qui, ou un… Lire la suite Le chant n’est pas un concours d’apnée! Plaidoyer pour une respiration libre…

La quête du degré zéro de la Parole, une vie de prof de chant !

Roland Barthes écrit en 1947 un article qui aura un retentissement considérable: «Le degré zéro de l’écriture». Par degré zéro de l’écriture, il ne faut pas entendre l’expression dans son acception dévoyée actuelle, c’est-à-dire un jugement qualitatif. Ce que Roland Barthes entend par degré zéro de l’écriture, ce serait plutôt l’écriture débarrassée de la littérature.… Lire la suite La quête du degré zéro de la Parole, une vie de prof de chant !

Petit dictionnaire amoureux et amusé de l’enseignement du chant… Version 2.1

Ça fait un moment que ça me trotte dans la tête. Tordre le cou à quelques lieux communs, mais sans se prendre au sérieux, et en prenant un peu de recul sur mon activité… Que personne ne s’y méprenne: je me compte au nombre de ces enseignant·es ayant tenu ces propos. C’est de la caricature,… Lire la suite Petit dictionnaire amoureux et amusé de l’enseignement du chant… Version 2.1

Le réflexe myotatique, qu’es aquò?

Le réflexe myotatique déclenche une contraction d’un muscle en réponse à son propre étirement. Il permet le maintien des postures dans l’espace en assurant une contraction légère des muscles, il s’agit du tonus musculaire. Il intervient également dans le rétablissement de notre position suite à un déséquilibre, afin d’éviter une chute par exemple. (source Maxicours)… Lire la suite Le réflexe myotatique, qu’es aquò?

Pour en finir avec les idées reçues sur le périnée.

Depuis que j’ai commencé à chanter (au siècle dernier!), j’entends parler de mon périnée. Autant que du soutien, de l’appoggio, ou du soulèvement du voile du palais. J’en présente mes excuses aux distingués enseignant.e.s dont j’ai eu la chance de recevoir l’enseignement … je n’ai jamais rien compris! Comment le sentir, le mobiliser, le contracter,… Lire la suite Pour en finir avec les idées reçues sur le périnée.

« Inter-préter », rendre présent ce qui est « entre ». Vers une lutherie de la pensée…

Je vérifiais ce matin l’étymologie du verbe « interpréter ». Cela vient du latin bien sûr, inter ce qui est entre, et praesto, ce qui est présent. Mais alors, qu’est-ce qui est entre, dans le cas du chant? Eh bien, entre la pensée de l’interprète, et son souffle sonorisé, autrement dit sa parole stylisée par le chant,… Lire la suite « Inter-préter », rendre présent ce qui est « entre ». Vers une lutherie de la pensée…

Libérer la parole du discours, c’est s’apprivoiser à l’inconnu surgissant. D. Bertrand.

Libérer la parole du discours, c’est s’apprivoiser à l’inconnu surgissant. D. Bertrand. Le Chantêtre ne discourt pas, il prend la parole. Le discours a déjà tout prévu, le signifié, le signifiant, le style, tout est convenu d’avance. peu de place pour l’inconnu là-dedans. Ça ne parle pas, ça déroule… La Parole, libérée du discours, nous… Lire la suite Libérer la parole du discours, c’est s’apprivoiser à l’inconnu surgissant. D. Bertrand.

Transmettre le chant populaire: un peu de méthode…

Le chant populaire (appelons-le ainsi, pour raccourcir la formule consacrée « chant populaire de tradition orale »), n’obéit évidemment pas aux mêmes modes de transmission et d’exécution (!) que le chant classique. En général relié à une langue, un territoire, une fonction du chant, une tradition musicale, il se pratique à des moments et des lieux précis,… Lire la suite Transmettre le chant populaire: un peu de méthode…

La Française des Voix: chanter, slammer, rapper, clamer le français.

La langue française souffre d’une terrible réputation chez de nombreux(ses) chanteuses et chanteurs: elle ne « sonnerait » pas, serait « inchantable »…
Un comble, pour la langue de Villon, de Molière, de Verlaine, mais aussi de Ferré, de Nougaro, de Gainsbourg, de Mc Solar, de Babx, de Grand Corps Malade, j’en passe, et des pas moins bons!
Nous essaierons en nous appuyant sur la pratique de ses artistes « historiques » et/ou bien vivants, et sur notre expérience auprès de chanteurs de l’hexagone et d’ailleurs, de comprendre les mécanismes du français, ses richesses acoustiques, et d’élaborer une méthode d’interprétation pour les révéler et les mettre en valeur…… Lire la suite La Française des Voix: chanter, slammer, rapper, clamer le français.

Chanter des chants populaires en chorale classique: mission impossible?

J’ai souvent été amené à transmettre des chants populaires (ou traditionnels, ou du monde, je reviendrai sur ces définitions) à des chorales ou des choristes pratiquant un répertoire soit classique, soit de chant populaire (chanson française, gospel, standards de jazz…) harmonisé « à la classique ». Loin de moi l’idée de rejeter ou de dévaloriser ces répertoires,… Lire la suite Chanter des chants populaires en chorale classique: mission impossible?