Pour en finir avec les idées reçues sur le périnée.

Video périnéeDepuis que j’ai commencé à chanter (au siècle dernier!), j’entends parler de mon périnée. Autant que du soutien, de l’appoggio, ou du soulèvement du voile du palais. J’en présente mes excuses aux distingués enseignant.e.s dont j’ai eu la chance de recevoir l’enseignement … je n’ai jamais rien compris! Comment le sentir, le mobiliser, le contracter, je n’ai jamais su ce qu’il fallait faire.

Après avoir bêtement ânonné quelques généralités sur ce sujet dans mes stages et cours, j’ai fini par me satisfaire de cette explication: le périnée, étiré dans la phase inspiratrice par la poussée qu’exerce le diaphragme sur les viscères, se tonifie dans la phase expiratrice (par le réflexe myotatique), en synergie avec le transverse. C’est sûrement pas faux, mais même si ça ne mange pas de pain, c’est quand même très imprécis!

Interpellé (amicalement) sur le sujet lors d’un de mes derniers stages, j’ai fait quelques recherches sur le sujet. Si je suis toujours incapable de mener dans mes stages un travail spécifique de prise de conscience et de mobilisation du périnée, j’ai un peu mieux compris à quoi il ressemblait, et quels étaient son rôle et son fonctionnement. Et en tous cas, sur la chaîne Youtube d’Estelle Poscio, suissesse, soprano, et aujourd’hui « Décoratrice intérieure de matrice féminine », j’ai trouvé cette vidéo que je trouve très éclairante, en tous cas pour se débarrasser d’un tas d’idées toute faites sur cette région! Regardez-là, et discutons, ici ou ailleurs, de comment faire avancer la connaissance de cette région vitale, en particulier lorsqu’on chante!

9 réflexions au sujet de « Pour en finir avec les idées reçues sur le périnée. »

  1. Bonjour, dans ma pratique, le recours à la contraction du périnée pendant la phase expiratoire est essentiel, on ne peut pas s’en passer sauf à accepter l’apparition de tensions laryngées. Ma sensation est la suivante : il y a une gradation de la contraction selon le niveau d’énergie requis par la note ou série de notes à atteindre. Cela commence chez moi par une légère contraction comme pour se retenir d’uriner, puis avec la gradation, on contracte également la base de la verge au niveau testiculaire, puis la région entre les testicules et l’anus, puis l’anus et si encore nécessaire les fesses. Cette contraction doit se faire dans cet ordre là il me semble mais l’on peut parfaitement passer d’un état décontracté à un état très contracté très rapidement pour les besoins d’une note par exemple. La grande question est la suivante : que permet la contraction du périnée. Pour moi, cela agi sur l’accélèrent des cordes : en fait, la lutte perpétuelle du chanteur c’est de ne surtout pas envoyer/expirer d’air (même si en pratique il le fait mais dans des quantités bien plus infimes que pour sa voix parlée). Or, le réflexe naturel lorsque l’on souhaite plus d’accolement (notamment dans les aigus alors que les cordes s’affinent ou pour un son plus forte) est d’envoyer plus d’air. C’est là que la contraction du périnée est utile : cela permet d’obtenir de l’accolement sans envoyer plus d’air et sans serrer la gorge (=sans ajouter de contractions laryngées = bandes ventriculaires = pour aider à l’accolement des cordes). Bonne journée!

    1. Bonjour. merci de ce témoignage! Mais quel lien faites-vous entre la contraction du périnée et l’accolement des cordes? C’est quand même pas à côté, même si on parle de muqueuses-miroirs! La contraction du périnée entraîne une pression subglottique plus importante, non? À vous lire.

  2. Oui je l’ai lu. Mais ce sera plus parlant avec tes exercices du matin lors d’un prochain labo ! En attendant, je vais faire lire tout ça à mon kiné 😄
    Merci !

  3. Géniale, cette vidéo ! Ca me donne envie de reparler de tout ça avec ma sage femme, mon kiné ostéopathe, de me former à la fasciathérapie… 🙂
    Personnellement, autant j’arrive à sentir pas mal de choses en respirant (surtout depuis mes accouchements d’ailleurs), autant quand je chante, j’espère que les choses se fassent un peu seules parce qu’il y a déjà tellement de trucs auquels penser (notamment le texte)… Mais j’ai beau me concentrer, j’ai énormément de mal à sentir les os du bassin bouger avec le souffle. Des pistes ? Lors d’un prochain labo vokal peut-être ?!?

  4. Merci pour le partage ! Je suis moi même également prof de chant, et ai découvert l’usage du périnée de façon autodidacte pour le chant suite à .. mon accouchement ! Pour avoir suivi l’évolution de ma voix durant la grossesse, puis la perte quasi totale de puissance après l’accouchement, tout cela m’a fait comprendre son utilité. Et sa complexité lors de la rééducation avec la sage femme ( Contractez en haut à droite… Heu pardon ??? On peut vraiment faire ça ?? j’savais po 😮 ) Etant aussi danseuse, j’ai pratiqué un peu de pilates, où une prof m’a demandé de respirer « dans les hanches ». Extrèmement intéressant le pilates pour tout ce qui concerne la respiration !
    Du coup, pour ma synthèse provisoire concernant ce sujet respiratoire qui me passionne : pour moi le périnée permet de faire le lien entre la respiration abdominale et dorsale. Il permet aussi l’ancrage et la connection à la terre et à son énergie ( comme le dit si bien Estelle Poscio, j’ai adoré sa vidéo ! ). Il fait gagner en profondeur vocale quand il est bien utilisé, c’est à dire lorsqu’il est détendu sur l’inspir, ce faisant il permet à la respiration d’être profonde sans pour autant que le ventre soit trop projeté vers l’avant. J’aime bien utiliser l’image d’un « barbapapa » pour imager ce propos :).
    Par contre, je serais intéressée pour avoir des témoignages masculins sur le ressenti de ce fameux périnée ! Dont on parle le plus souvent pour les sujets post-nataux…. Alors qu’il participe quotidiennement à notre respiration à tous

    1. Pour ce qui est de l’inspir’, difficile de relâcher le plancher pelvien, sans conséquences sur al sangle abdominale. Mais le détendre, en gardant la sensation d’auto-grandissement, et le repoussé du sol (donc une certaine tonicité), oui! Pour ce qui est des hommes, oui, il y a un gros manque sur ce sujet! Peu ou pas de témoignages, et de rares mentions chez les auteures femmes. Il va falloir que je m’y mette! J’ai un epu commencé!

  5. Voir le travail de Madame de GASQUET sur le sujet et Nathalie ROUX kiné (passage de l’Argue) qui enseigne le Pilates et explique très bien comment le faire travailler.

Répondre à Bérénice Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s