Rebetiko: le fado grec….

Le Rebetiko, créé entre les deux guerres par les grecs orthodoxes rapatriés de force d'Asie mineure et les ruraux attirés dans les villes par la misère, s'est développé dans les bas - fonds des grandes villes. Comme ses cousins le fado ou le tango, c’est une musique des mauvais garcons, fumeurs de haschich, buveurs de... Lire la Suite →

Non, on ne respire pas par le ventre!!!

« Respire par le ventre », « On chante avec ses tripes », « Colle ton nombril à la colonne », « Pousse comme pour aller aux cabinets »... L'apprenti chanteur est souvent confronté à ce genre de conseils, ou d'affirmations. Pourtant, s'ils peuvent comprendre une dose de vérité, et donner de nouvelles sensations aux chanteurs à qui ils sont adressés, ils se... Lire la Suite →

Anatomie pour la voix, de Blandine Calais-Germain: le must des pédagogues de la voix!

C'est, n'ayons pas peur des mots, le livre indispensable à tout pédagogue de la voix. Tout du moins à tout pédagogue de la voix considérant qu'une connaissance approfondie des mécanismes présidant à l'émission vocale lui est indispensable. Or, nous faisons partie de ceux-ci! Si nos élèves ont besoin d'une information solide sur les phénomènes respiratoires,... Lire la Suite →

Roland Barthes et le chant

Roland Barthes, sémiologue et essayiste, n'a eu de cesse de dénoncer le pouvoir de tout langage institué. Passionné de musique (il était pianiste, et a pris quelques leçons de chant avec Charles Panzera), il a écrit quelques pages qui donnent un éclairage passionnant sur l'art du chant. Commençons par la distinction qu'il introduite entre "articulation... Lire la Suite →

Au pied de la lettre

L'interprétation du chanteur au risque de la pensée lacanienne... Lacan est mort il y a trente ans. Sa pensée, profondément originale, iconoclaste dirait-on aujourd'hui, et sans concessions est donc à nouveau sous les feux de l'actualité. De quoi la (re)découvrir, et se demander en quoi elle interpelle l'artiste-interprète et son guide (« coach ») et les entraîne... Lire la Suite →

Evelyne Girardon: indémodable modalité…

Ca commence comme un conte de notre enfance: il était une fois … une civilisation disparue! Une civilisation où l'on était paysan (on ne disait ni agriculteurs ni ruraux...), où l'on se retrouvait en famille, ou mieux encore par village entier, pour le travail, la messe, la fête ou la veillée... Une civilisation ou l'on... Lire la Suite →

« Et toi, tu rentres le ventre, ou tu pousses? »… Un article sur le soutien, l’appui, et tous ces pseudos-mystères…

« Soutiens, mais soutiens donc! » « Pres-sion, pres-sion, pres-sion » « Pousse en bas du corps, comme pour aller à la selle » « Colle tes abdos à ta colonne » … J'en passe, et des pires! Ces invocations, inspirées selon le cas par une mystique du Soutien, ou une religion de l'Appui, tous les apprentis chanteurs les ont entendues. Et tous... Lire la Suite →

Delizioso, du travail d’orfèvre … en confiserie!

Connaissez-vous Delizioso? C'est un trio de chanteuses (Mariam et Mardjane Chemirani, Catherine Catella) qui reprend le répertoire des soeurs Lescano. Dans l'Italie de Mussolini, ces trois chanteuses connurent un succès fulgurant avec leurs chansons "sucrées-swing" à la façon des Andrew Sisters. Las! Leur appétance pour l'Amérique, et de trop nombreuses plaisanteries sur le régime fasciste leur... Lire la Suite →

Chanter avec des sardes, l’expérience ultime…

Résumé des épisodes précédents: lors d'un stage en Sardaigne, votre serviteur, et quelques amis des Glotte-trotters, est invité à assister ET PARTICIPER à la répétition du choeur d'hommes de Bosa, dirigé par le chanteur et musicologue Luigi Oliva. Le soir-dit, nous arrivons dans la petite salle voûtée où se déroule la répétition. Au fond, l'inévitable bar, et l'avenant... Lire la Suite →

Mon choc musical de l’année: le chant sarde…

 Alors, prenons les choses dans l'ordre: depuis des années, je rêvais de suivre un des stages que consacre la grande Lucilla Galeazzi, compagne de route de Giovanna Marini, au répertoire infini des chants populaires italiens. Mais, je rêvais aussi de suivre un stage de polyphonies sacrées sardes, que propose régulièrement Marina Pittau (photo) dans son village de Bosa,... Lire la Suite →

Rocio Marquez, flamenco et luttes sociales.

C 'est une des plus grandes, sinon la plus grande cantaora du moment. D'une voix claire et puissante, elle exécute des mélismes d'une pureté, d'une justesse extraordinaires, et communique à son public une émotion incomparable... C'est une jeune femme toute simple, belle et généreuse, que j'ai croisée au festival les Suds à Arles, où nous animons tous les... Lire la Suite →

Francis Poulenc écrit ce qui lui chante

Cet article met le doigt sur ce qui est pour moi une certitude profonde: Poulenc est de ces compositeurs qui savent capter la substantifique moelle de la langue et la « musiquer ». Je place d’ailleurs « Tel jour telle nuit » sa mise en musique du cycle d’Eluard, sur le même plan que les Amours du poète de Schumann et Heine. Même respect parfait de la prosodie, même sens mélodique et … même postlude pianistique qui prolonge longuement la méditation…

FLOREMON

Francis Poulenc (1899-1963) fut-il l’un des compositeurs les plus littéraires de la musique française ? « Certainement, et de loin ! » répond sans hésiter Nicolas Southon, maître d’œuvre d’un imposant recueil de textes et d’entretiens  de Poulenc intitulé J’écris ce qui me chante (956 pages, 32 euros, Fayard), beau titre qui donne le « la » à l’ensemble, si l’on peut dire. On l’y retrouve dans sa finesse, son humour, sa lucidité, toutes choses qui ont rendu le personnage attachant aux nombreux artistes qui l’ont fréquenté. Mais « littéraire », qu’est-ce que cela peut bien signifier s’agissant d’un compositeur, celui-ci voulut-il passer pour « le musicien des poètes » ? Cela n’a de sens que lorsqu’ une passion intime se transcende dans sa musique et que celle-ci, loin de l’illustrer ou de la prolonger, la sublime en y trouvant le meilleur de son inspiration. La preuve : ce que ses trois opéras doivent à l’Apollinaire des Mamelles de Tirésias,

Voir l’article original 1 073 mots de plus

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑