« J’entends de toi ce dont ta surdité t’a privé »

« J’entends de toi ce dont ta surdité t’a privé » Alain-Didier Weill, psychanalyste.

C’est pas mal pour décrire le rôle du luthier des voix, non? Je veux dire, on est sourd à sa propre voix, et l’oreille-miroir que nous tend le professeur est une forme de révélation. D’ailleurs je dis souvent en cours, en manière de plaisanterie: « Ça dépasse l’entendement »!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :